Somnifères, calmants et anti-dépresseurs

Dopée aux médicaments pour aller mieux

Le trio gagnant à même pas trente ans !

J’aimerais tellement dire que j’ai une vie saine, que je mange correctement et que ma vie est parfaite. Mais, je suis comme la plupart des gens. Je mange mal, je n’ai pas d’équilibre vie privé/vie professionnelle, je procrastinate tout le temps et j’ai de sérieux problèmes de stress.

Le problème c’est que j’en suis au point où mon médecin m’a prescrit les trois boîtes du titre : des calmants, des somnifères et des anti-dépresseurs.

Alors les deux premiers j’ai l’habitude, le dernier c’était une nouveauté.

Je suis quelqu’un d’extrêmement soucieuse, angoissée, stressée, qu’un rien peut chambouler. Je prends les choses très à coeur et je suis une hypersensible, qui éprouve rarement de la bienveillance envers elle-même. Je me mets la barre très haut et j’ai souvent beaucoup de mal à l’atteindre.

C’est ma personnalité. C’est ce que je suis, et souvent on se dit qu’on n’y peut rien, ce sera toujours ainsi.

Sauf que j’ai pas trente ans et que j’ai déjà pris l’habitude d’ingurgiter des somnifères pour m’aider à dormir, des calmants pour tenir le coup en cas de gros stress et mon médecin m’a prescrit des anti-dépresseurs.

Le rapport avec le premier paragraphe ? Quel est le rapport entre son alimentation et le stress ? En quoi modifier son rapport au travail peut aider ?

Ca fait tout ou presque. Mais ce n’est pas ça la véritable question.

La vraie question est la suivante : c’est quoi une vie saine ?

Difficile d’y répondre, parce que tout le monde ne va pas mettre derrière cette appellation la même chose.

apricot fruits on bowl

Photo de Lum3n.com sur Pexels.com

Alors je vais donner ma définition.

Une vie saine, c’est lorsque l’on a pas besoin de médicaments pour aller bien. C’est lorsque l’on se sent bien mentalement et physiquement dans tout les aspects de notre vie. C’est lorsque notre alimentation nous permet de préserver ou d’améliorer notre santé.

Une vie saine est celle qui nous permet d’améliorer et préserver notre bien-être au quotidien et pour le long terme.

Ce n’est pas ma vie actuelle, la prescription de mon médecin en est la preuve.

Le problème est qu’avoir une vie saine est un travail de longue haleine, qui demande des sacrifices et de l’organisation. Le problème c’est que ma personnalité actuelle accentue les risques de stress, de burn-out, de dépression et de déprime. Le problème c’est que mon métier peut rapidement devenir toxique, en particulier avec ma manière de penser.

Je veux bien faire, je veux y arriver, je suis méticuleuse, consciencieuse. Cela me conduit à ne pas faire de coupures entre mon métier et le reste.

Cette année, je n’ai pensé qu’à mon travail. Tous les jours. Tout le temps. Je ne faisais rien d’autre.

Je ne suis même pas sûre d’avoir réussie à voir des amis une fois par mois !

J’en suis arrivée au point où j’étais nerveusement épuisée. Le mercredi, je me levais à midi, sans être reposée. Et l’après-midi, je prenais mon chat pour m’enrouler dans une couverture sur mon lit et je restais ainsi parfois jusqu’au dîner. J’étais motivée à aller à l’école, mais dès que je n’étais pas obligé de me lever, je restais couché. Lorsque je conduisais pour aller quelque part (en dehors de l’école), une partie de moi roulait en automatisme parce que je connaissais la route et l’autre passait son temps à se demander si c’était le bon chemin.

Je me suis rendue compte que mon métier, que j’adore, pourrait m’être toxique. À ne penser qu’à ça, à me mettre autant la pression pour y arriver, pour que ce soit bien, que cela marche. Je me suis demandé s’il ne valait pas mieux que j’arrête tout de suite et que je me cherche un autre boulot. Un qui aurait des horaires définies et qu’une fois rentrée chez moi, je pourrais ne plus y penser et passer à autre chose.

Il y a quelques jours, j’ai failli fondre en larmes 3 fois en moins de quelques heures : deux fois parce que d’un coup je n’arrivais plus à me souvenir de la route que j’avais emprunté des centaines de fois, y comprit la semaine d’avant, et la troisième fois en le racontant à une amie.

Je n’allais pas bien, j’étais fatiguée, vidée. Émotionnellement, je me suis rendue compte après que la plupart du temps je ne ressentais rien. Comme si une chape de plomb s’était abattue sur moi et m’avait enlevée les émotions.

J’ai eu peur ce jour-là.

Je suis directement allée chez le médecin en rentrant et la conclusion fut de me mettre sous anti-dépresseurs. L’objectif était multiple : lutter contre la déprime, les crises dues à la sensation d’être perdue et de me donner de la vitalité.

Je suis sortie encore plus déprimée qu’en y étant rentrée. Je suis allée chercher les boîtes de médicaments et une fois chez moi je me suis assise sur le lit. D’une certaine façon j’étais sous le choc.

Je me suis rendue compte que je ne voulais pas prendre ces médicaments. Autant chez le médecin, en discutant avec elle, cela m’avait paru une bonne idée pour me permettre d’aller mieux, ce n’était que temporaire, autant une fois rentrée, je ne le pouvais pas. J’ai fait un total blocage.

Je me suis demandé dans quel monde je vivais pour qu’à mon âge j’en sois réduite à ingurgiter des pilules pour aller mieux.

Cela va faire quasiment un an que je prends régulièrement des calmants ainsi que des somnifères par périodes. J’ai dû vider trois boîtes de chaque en un an.

Je ne sais pas ce qui c’est passé dans ma tête, mais j’ai eu une sorte de déclic.

Ça ne servait à rien. Toutes ces boîtes ne servaient strictement à rien si je ne changeais pas.

Le monde est fou oui, mais c’est moi le problème.

C’est moi qui suit la cause de ces prises de médicaments.

C’est ma personnalité, mon rapport aux autres et au travail. C’est mon mode de vie qui a rendu cette prescription d’anti-dépresseurs nécessaire.

C’est à moi de changer.

C’est à moi de prendre plus de recul sur mon travail, de moins chercher la perfection dans un métier où non seulement je débute mais où en plus celle-ci n’existe pas. C’est à moi d’apprendre à mieux gérer mes angoisses, mon stress et de prendre confiance en mes capacités et en moi-même.

C’est à moi de changer.

Alors j’ai pris la décision de ne pas prendre ces médicaments. Je ne prendrais pas les anti-dépresseurs et j’éviterais au maximum les somnifères et les calmants.

Je vais plutôt chercher d’autres moyens de m’aider.

Place donc aux nouvelles habitudes pour une vie plus saine qui me permettra d’aller mieux.

Voici donc mes résolutions :

– je vais noter tout ce que je mange pendant plusieurs semaines, puis j’irais chez un/une nutritionniste afin d’adopter une meilleure alimentation

– une fois que mon coude sera guéri (je me suis blessée il y a quelques semaines), je me remettrais au yoga. Mais cette fois, sérieusement. J’irais à quelques cours et je ferais régulièrement des salutations au soleil

– j’ai pris rendez-vous chez une psychologue, pour un travail de fond.

– chaque jour, j’aurais plusieurs objectifs, dont un uniquement pour me faire du bien

– j’ai préparé un planning de rangement et de nettoyage pour que mon espace ne soit plus jamais dans un aussi grand désordre que cette année

– je vais me forcer à me prendre moins la tête, en particulier au travail.

– je vais prendre soin de moi régulièrement : lire, brossage corporelle, massage, etc

 

Cela vous paraît bizarre ? Pourtant rien n’est plus logique.

L’alimentation est notre premier médicament, si notre digestion va mal ou que nous avons des carences, c’est tout le corps qui va mal.

Le sport permet au corps de créer des hormones dont celle que l’on appelle l’hormone du bonheur. Il permet aussi d’évacuer et gérer le stress, d’améliorer le sommeil et le transit.

Un psychologue permet d’évacuer verbalement tout ce qui nous gêne, nous aide à prendre du recul et à trouver des solutions.

Se donner des objectifs oblige à réaliser des choses, à se bouger. Cela permet aussi d’atteindre des objectifs que l’on se serait fixer.

Je ne sais pas vous mais, personnellement, une fois que j’ai tout ranger, je vais mieux. On dit souvent qu’un espace de vie reflète l’esprit de la personne, alors le mien doit être complètement retourné à l’envers. Ranger me permet de garder mon espace propre et organisé, ce qui améliore aussi ma qualité de travail.

Prendre du recul incite à voir les choses différemment, à ne pas tout prendre personnellement, de ne pas chercher la perfection.

Il a été prouvé que prendre soin de soi était une manière de se reconnecter à soi-même, réduisait le stress et améliorer le bien-être. Faire des masques, des manucures, pratiquer l’auto-massage et le brossage corporelle, s’aérer l’esprit, lire, écrire, voir les autres sont des manières de se concentrer sur l’instant présent et de diminuer la cortisol (l’hormone du stress).

J’ai l’intention de changer de vie parce que sinon, je risque de devoir prendre des cachets toute ma vie et je refuse cela.

Il y aura des hauts et des bas. Certains jours seront plus durs que d’autres, certaines périodes donneront une sensation d’échec, que je pourrais avoir l’impression d’avoir échouée, de retourner à mes vieux travers mais j’ai bien l’intention d’y parvenir.

Comme dit le capitaine Jack Sparrow :

Le problème ce n’est pas le problème, c’est ton attitude face au problème.

Prendre des médicaments ne régleront pas le problème de fond et le monde ne changera pas pour me faire plaisir, c’est donc à moi de changer d’abord.

Une nouvelle vie doit commencer pour moi parce que la seule personne qui peut changer ma vie, c’est moi-même.

Onde

Publicités

Mon premier achat sur slow cosmétique.fr

Après des mois d’absence ….

Toutes mes excuses, j’avoue avoir été quelques peu débordée ces derniers mois et je n’ai pas trouvé le temps ni la motivation pour le blog.

Maintenant ça va mieux, alors c’est repartie !

Commençons tout  de suite avec un retour sur mon premier achat sur le site SlowCosmetique.fr !

J’ai enfin sauté le pas ! Depuis des années je me dis que je dois trouver mieux que Aromaz**e, sans vraiment oser le faire. Le fait est que ce dernier site est clairement le moins cher, même si cela ne signifie pas que c’est la meilleure qualité.

Cela fait un bout de temps que je connais le site Slow Cosmétique, et je suis clairement une fan de son concepteur, Julien Kaibeck.

Pourtant, tant que j’étais étudiante, cela me paraissait compliqué de me passer de Aromaz*** et puis, surtout, je dois avouer que c’était sortir de ma zone de confort.

J’ai un salaire désormais (et j’espère que je vais le garder, mais ça c’est une autre histoire) et j’ai décidé que j’allais arrêté de me chercher des excuses.

J’ai donc passé ma première commande sur le site qui me faisait de l’oeil depuis tellement longtemps.

Dans mon petit panier, j’y ai mis :

doux-new

Un savon de Gaïa, l’ultra doux. C’est pour LUI que je suis allée sur le site ! Ma peau fait vraiment n’importe quoi en ce moment et apparemment, il est top pour les peaux fragiles et en plus il est multi-usages ! Il sert autant pour le visage que le corps, les mains, les parties intimes, il peut être utiliser pour faire la lessive ou la vaisselle ! Comment cela se fait ? Il est biodégradable, uniquement réalisé avec des matières bios et naturelles. J’ai très envie de le tester aussi pour me laver les cheveux parce que je cherche une alternative à ma poudre de rhassoul, que ce soit pour chez-moi ou pour le voyage. En plus, c’est une marque 100% française et artisanale, l’entreprise est situé 17 rue des Tilleules à Montelier. Le prix peut faire tiquer (5,50 euros) mais perso il me faisait trop envie donc si déjà je me lançais dans une commande, je ne pouvais pas passer à côté de lui.

En parlant de rhassoul, j’en ai acheté, je n’en avais presque plus ! (Quelqu’un me croit si je dis que c’est le produit beauté que j’achète le plus dans l’année?) J’ai payé 13,50 euros pour 250g, donc clairement c’est plus cher que Aromaz***. J’ai pris la marque Bioflore que je ne connaissais pas, c’est une entreprise familiale et certifiée Ecocert donc j’ai hâte de la découvrir.

De la même marque, j’ai acheté de l’argile blanche dont j’étais totalement en rade (sérieusement, j’ai raclé les bords de mon pot).

Deux petits savons de la marque Clémence et Vivien. Le packaging est très joli (Mlle Samovar a craqué dessus). Ils sont tous les deux à 3,90 euros pour une masse de 100g (comme celui de la marque Gaïa). J’ai pris le savon surgras Saint Bernard qui est composé de « L’huile de ricin, meilleure amie des peaux déshydratées en tous genres, se bat ici aux côtés du curcuma anti-inflammatoire et des huiles essentielles d’orange douce et de petitgrain bigaradier, respectivement tonifiante et cicatrisante. Bref, une association idéale pour les peaux capricieuses. » Ce qui correspond exactement à ma peau actuelle. Même si apparemment, il est surtout fait pour les peaux sèches donc j’avoue hésiter avant de le tester sur le visage. Je me dis qu’au pire, je pourrais l’utiliser pour mon corps. 

savon-saponifie-a-froid-emir-charbon-actif-clemence-et-vivien

J’ai aussi pris l’Emir qui contient du charbon, connu pour ses effets détoxifiants. J’ai l’intention de l’utiliser au maximum une fois par semaine sur le visage, le cou et le décolleté. D’après les commentaires sur le site, il peut aussi s’utiliser comme shampoing, il faudra que je teste.

Ce sont tous les trois des savons saponifiés à froid et surgras. Ils sont donc -normalement- respectueux de la peau. Néanmoins ma peau ayant une forte tendance à la sensibilité, j’attends de voir les résultats avant de clamer qu’ils me conviennent.

huile-vegetale-carotte-bio-50-ml-de-saint-hilaire_8403-1

Dernier produit de ma commande un macérât huileux de carotte bio de la marque Saint Hilaire. L’huile de carotte est réputée pour son effet cicatrisant, ainsi que pour le coup de pied donné aux teints ternes car il est excellent pour donner un effet bonne mine et hâlé à la peau. Si vous n’aimez pas trop les carottes ou que comme moi vous avez un souci de cicatrices, ce produit est fait pour vous. J’ai hâte de le tester, en sachant que je ne mettrais qu’une à deux gouttes sur mon visage le soir, je ne tient pas à avoir le teint orange non plus ….

Pour cette commande, j’en avais pour une quarantaine d’euros. Personnellement, cela ne me choque pas sachant qu’il ne s’agit que de produits de marques locales et/ou bio. Ce sont des produits dont j’avais besoin ou qui me faisait de l’oeil depuis longtemps donc pour moi cela relève plus de l’investissement qu’une dépense futile donc je suis prête à y mettre un peu d’argent.

Concernant le site, il est très facile de s’y retrouver, on y trouve pour tous les goûts et toutes les bourses. Le délai n’est absolument pas long. J’ai passé ma commande un mardi soir et le jeudi mon colis est arrivé ! (Rien à voir avec AZ qui mets une quinzaine de jours à envoyer la commande). En prime, j’ai reçu un bon de réduction de 10% sur la marque Indemme ! Je ne sais pas si je vais l’utiliser, même si j’en aussi beaucoup entendu. Apparemment c’est vraiment une super marque avec des produits très efficaces. Si jamais vous avez testé, n’hésitez pas à me le dire.

Dans tous les cas, même si je n’ai pas encore testé ce que j’ai acheté, je trouve que le site est vraiment top. Il y a beaucoup de choix et en achetant dessus, on sait que l’on fait une bonne action parce que ce sont forcément des produits de marques avec une éthique et tournées vers le bien-être que ce soit le nôtre ou celui de la planète.

Je vous ferais un retour d’ici quelques mois de mes achats, mais en attendant, si vous les avez testé, n’hésitez pas à me le dire, ça m’intéresse !

Et vous, vous avez déjà effectué un achat sur ce site ? Où est-ce que vous achetez vos produits ?

Onde

8 mars 2019: La devise nationale version sexiste avec le temps des cerises

Depuis 1977, la journée du 8 mars est consacré aux droits des femmes afin de faire le point sur les inégalités qui persistent entre les hommes et les femmes. Il s’agit donc de mettre en avant les difficultés à atteindre la fameuse égalité hommes-femmes qui continue de faire rêver mais fait encore défaut.

(Si vous avez envie de participer à des manifestations ou vous renseigner, voici LE site qui recense les actions ayant lieu en France.)

Cette journée est souvent raccourcis en « journée de la femme » et du coup totalement détourné de son objectif de base (on en reparle de l’étui à rouge à lèvres personnalisé à cet occassion ?). D’ailleurs, au sujet de détournement foireux, on peut parler de la dernière publicité du temps des cerises ?

Parce que pour vendre des pantalons, il faut montrer des fessiers. Et pourquoi ne pas parodier la devise nationale ?

Lancer une publicité aussi sexiste à quelques jours de la journée internationale des droits de la femme, on peut dire que leur équipe marketing ne manque pas de culot !

Parce qu’il en faut du culot pour oser remplacer la valeur de fraternité par un concept esthétique superficiel. En gros, l’idée est qu’il vaut mieux avoir de belles fesses que de vivre ensemble selon les valeurs de solidarité et de respect. Il est beau ce message, non ?

Le message véhiculé est que la valeur d’une femme au sein de la société est en fonction de son physique, en dépit des valeurs universelles qui sont censé guidées la société depuis la Révolution française. En 2019, on est encore à la femme-objet, l’objet sexuel et esthétique. Bref, c’est sexiste à souhait, digne d’une journée de la femme.

(oui, je suis sarcastique.)

Je suis polie, je montre le véritable objet vendu par la pub pour pantalon.

Heureusement, les gens réagissent tel que le maire de la ville Les Lilas, en Seine Saint Denis, qui a demandé à la marque de retirer ses affiches ou Charline Vanhoenacker dans sa chronique. Sur internet, les articles se déchaînent pour dénoncer cette publicité :

Du coup, je vous souhaite de passer une joyeuse journée internationale des droits de la femme remplie de sexisme et de misogynie.

Retour de mon passage à vide

Oui, non, je sais, ça fait longtemps que je n’ai rien publié. Vous avez le droit de me taper (virtuellement je veux dire) pour mon absence.

Je vous dois bien une explication, surtout après avoir promis de relever mon #ChallengeCulture2019.

Alors voilà, c’est une raison un peu idiote, mais j’ai eu un passage à vide durant le mois de janvier et une partie de celui de février.

Le fait de ne pratiquement plus voir mes ami.e.s, être pour ainsi déconnectée de mon réseau social habituel, passer mon temps entre des enfants et des personnes de l’âge de mes parents au lieux de gens de mon âge, la cohabitation parfois difficile avec ma soeur aînée, les devoirs universitaires que je n’arrive pas à réaliser, …. bref, j’ai pris le contre-coup des changements que j’ai depuis septembre. J’ai passé ces semaines à remplir mes engagements sans en faire plus, sans vraiment de motivation. Autant dire que je n’était pas super bien.

Bref, je ne vous promet pas de poster une fois par semaine comme je le faisais précédemment, mais j’espère bien arriver à reprendre du poil de la bête et parvenir à gérer mes cours, mes devoirs, le concours, le blog, ma vie sociale, … Bref, tout un exercice d’équilibriste.

Les cuissardes, des chaussures qui font envie

 

 

 

 

Je rêve de cuissardes

 

Oui, des cuissardes, ces chaussures qui peuvent monter jusqu’à mi-cuisses. Je sais que pendant longtemps et parfois encore aujourd’hui ces chaussures sont perçues comme étant celles de la vulgarité incarnées, Pretty Woman. C’est vrai que l’erreur mode est très vite arrivés si l’on choisis mal ces chaussures, mais néanmoins j’en veux.

Pourquoi je veux des cuissardes ?

Parce que je veux être plus féminine. La plupart du temps, je suis en baskets. Quasiment 360 jours par an, j’ai des baskets aux pieds, de temps en temps j’ai des sandales. La cuissarde, c’est vraiment la chaussure féminine, sexy. Normalement, on pense aux escarpins, je sais, mais personnellement, je ne peux pas porter ces chaussures. J’ai les pieds plats. Littéralement. Et en plus, j’ai des problèmes de fragilités aux chevilles, genoux et au dos. Donc pas d’escarpins pour moi. Probablement jamais de ma vie. C’est triste et pas facile de l’admettre mais c’est comme ça. Donc si je ne peux pas porter d’escarpins, je voudrais miser sur les cuissardes. Je trouve que cela donne une touche de maturité que la plupart de mes looks manquent. La plupart du temps je me trouve un air d’adolescente, si ce n’est pas de quelqu’un qui n’accepte pas son âge. Et la cuissarde c’est le contraire de l’adolescence. C’est la féminité assumée. C’est une pièce forte qui donne un plus sans même trop en faire (à condition de la maîtriser).

 

 

 

 

Surtout que les cuissardes ont pleins d’avantages !

Tout d’abord, elles portent chaud ! En hiver, le principal souci c’est la température et malheureusement, on ne peut pas toujours porter ses robes, jupes, shorts préférés à cause du froid. Problème résolu avec les cuissardes qui couvrent les jambes, il suffit dès lors d’une simple collant et d’une paire de chaussette pour avoir les gambettes au chaud et ça ce n’est pas avec des escarpins que cela peut arriver ! (surtout en Alsace où parfois les températures descendent à moins cinq degrés certains hivers!).

Autre avantage, c’est que comme elles couvrent les jambes hauts, on peut porter des bas un peu plus court que la normal en hiver. À nous les jupes et les shorts que l’on n’osait pas sortir du placard dès la saison hivernal pointait le bout de son nez !

Encore ? Les cuissardes vont avec presque tout ! Je sais que bons nombres de sites recommandent de ne pas assortir ces chaussures avec les shorts, mais personnellement, je trouve que ce n’est pas forcément un look à bannir. Miser sur un qui n’est pas trop court ni trop serré, juste un peu lâche, voir ouvertement oversize, et de préférence taille haute, avec une paire de collant assortie, je trouve que cela peut aussi être très jolie. Je pense qu’il n’y a que deux types de bas à éviter avec ces chaussures : ceux qui sont trop courts/moulants (pour éviter le côté trop sexy) et les pantalons dont la couleur jure totalement avec les bottes. Personnellement, un pantalon blanc et des cuissardes noires (ou bleues/rouges/vertes/…) c’est moche. Esthétiquement, ce n’est pas vraiment terrible. (après, chacun fait ce qu’il veut, si vous aimez ça et que vous vous sentez bien dans cette tenue, continuez, il n’y a aucune loi qui l’interdit et ce qui compte c’est que vous vous sentiez bien).

 

 

 

 

Déjà, comment choisir ses cuissardes ?

La première question à se poser c’est celle des talons. Clairement, sur la plupart des sites que j’ai consulté, ils recommandent de garder les talons hauts pour les soirées et j’avoue être assez d’accord avec eux. Après, c’est une question de choix personnel. Comme dit plus haut, je ne peux pas porter de talons, même pour quelques heures, c’est trop douloureux pour moi. Forcément, mon choix va dès lors se porter sur des cuissardes plates, mais si vous avez l’habitude des talons de 5 à 8 centimètres, pourquoi pas ? L’avantage du plat c’est que cela retire tout de suite une part du côté sexy/vulgaire que la cuissarde peut avoir. Après, sur internet il y a pleins d’exemples de cuissardes à talons moyens qui donnent un super look, élégant et tout. Tout est dans les vêtements portés.

Nous avons vu la hauteur du talon, passons aux autres détails des cuissardes. Tout d’abord, il vaut mieux qu’elles soient les plus neutres possibles, c’est plus facile à porter. On évite donc tout ce qui est franges, clous, zippes inutiles, etc. à moins d’être une habituée ou à aimer les risques stylistiques, on débute par des neutres, sans fioritures. Elles passeront mieux les années et les changements de looks sans fioritures qu’avec.

 

 

 

 

Au niveau de la couleur, celle qui prédomine c’est le noir. Et s’il est vrai que je m’efforce de ne plus acheter de cette couleur, au niveau des cuissardes, c’est le plus basique. Sinon, la plupart des gens et je suis d’accord avec, préconisent des couleurs neutres comme le crème, le gris, le bleu marine, le camel et le bordeaux. Personnellement, je favoriserais plutôt le noir, le gris et bleu très foncés. Je préfère ces couleurs car elles sont plus neutres. Je sais que c’est bizarre de dire que ces couleurs neutres sont plus neutres que les autres, mais je vais m’expliquer. Je pense au fait que la plupart des gens ont une garde-robe essentiellement vers des teintes foncées et/ou que porter des chaussures aussi imposantes sera plus aisé si celles-ci sont de couleurs sombres. Les couleurs claires ont tendance à attirer le regard, ce qui est le cas du camel, du blanc, du crème, du gris clair. Le bordeaux est une couleur qui a aussi tendance à attirer le regard car c’est une couleur plutôt vive. Ce qui fait que ces couleurs, même si jugées comme neutres vont capter l’attention, surtout que les cuissardes sont des chaussures qui constituent une pièce forte, qui prennent toutes la jambe ou presque et donc le fait de choisir des couleurs sombres va permettre de moins pointer les yeux sur cette partie du corps. Ce qui n’est pas si mal lorsque l’on débute avec des cuissardes.

 

 

 

Personnellement, je sens gros comme une maison que les premières fois que je les porterais j’aurais l’impression que tout le monde ne voient qu’elles alors si en plus je les prends dans ce genre de couleurs je risque de me sentir mal à l’aise. Si je les prends dans une couleur sombre, elles peuvent donner l’illusion d’être en réalité des bottes, certes, hautes, mais combinées à un collant très opaque qui se fond. Je ne sais pas si je suis très claire sur ce point. Dans tout les cas, comme je l’ai dit pour la hauteur des talons, de toute façon, vous faites ce que vous voulez, il n’y a à ce jour aucune législation sur comment porter des cuissardes donc vous le faites comme vous le sentez.

Autre raison pour laquelle je donnerais privilège à des couleurs sombres sur des cuissardes, c’est au niveau du contraste avec le reste de la tenue. Cela va forcément dépendre des couleurs principales de votre garde-robe, mais il y a fort à parier que les couleurs sombres seront dominantes, en particulier en ce qui concerne les bas.

Or, en harmonisant le bas avec les cuissardes, on peut allonger visuellement la silhouette ainsi donner l’impression d’être plus grande (en particulier lorsque l’on est petite, comme moi).

Cela est d’autant plus vrai si vous souhaitez réaliser le duo qui est très courant du pantalon slim – cuissardes. Personnellement, je n’aime pas trop cette assortiment, même s’il peut être très joli. J’ai l’impression qu’en l’absence de jambes très fines, il risque de donner l’illusion de cuisses fortes, ce qui est rarement voulu. Mais surtout, ce style marche s’il n’y a pas trop de dichotomie entre la couleur des cuissardes et celle du pantalon. Je trouve que couleur sur couleur, ça marche bien, après même le jeans avec cuissardes noires ou jeans blanc/crème sur bottes crèmes/camel, je trouve ça moyen comme résultat. (Est-ce que je dois répéter que ce n’est que mon opinion et que vous pouvez faire ce que vous voulez?).

 

 

 

 

Et à part le pantalon slim, comment est-ce qu’on porte la cuissarde ?

Avec presque tout pardi ! Le seul truc est de ne pas chercher le too much côté sexy. Personnellement, j’ai l’intention de le porter avec mes t-shirts geeks, des chemisiers, des petits pulls, une veste en jeans, des shorts un peu lâches, des jupes trapèzes, et ainsi de suite. Forcément, avec les cuissardes, il vaut mieux éviter les décolletés plongeants ou la transparence, mais se la jouer plutôt cool, voir décaler, je trouve ça chouette.

Autre détail pour lequel il faut faire attention lors de l’achat d’une paire de cuissardes c’est sa composition. Il vaut mieux prendre en cuir ou en nubuck, ce dernier étant du cuir de daim (je frime, mais en réalité je n’en savais rien avant de fouiller les tréfonds du net pour savoir comment choisir correctement une paire de cuissardes).

Le choix des matières est très importante car elle va détermine la qualité des chaussures et donc leur rendu dans le temps. Mettre soixante euros dans une paire qui ne tient pas trois ans, c’est pas terrible. Il vaut mieux investir dans une belle pièce, qui même si on se rend compte qu’elle ne nous convient pas, on pourra toujours la revendre à un bon prix ou la donner à quelqu’un. Et ça ce n’est pas avec une paire acheté à vingt euros que l’on pourra le faire.

Normalement, une paire en cuir ou en nubuck devrait coûter au moins cent euros, autant dire que ce n’est pas rien. J’avoue que je n’ai jamais mis autant d’argent dans une pièce de ma garde-robe, ni ailleurs excepté mon ordinateur et que cela m’effraye un petit peu. Mais à un moment donné, lorsque l’on veut avoir du style, un vrai style, il faut y mettre le prix. Et une paire de qualité ça vaudra toujours mieux que cinq mauvaises.

 

 

 

 

 

 

Les cuissardes, un élément clé du style

Après, je me demande si je ne vais pas miser sur une paire moins chères et forcément moins bonne qualité, juste pour voir si j’oserais. Parce que, pour tout dire, si je rêve sur ce genre de chaussures, il n’en reste pas moins que j’ignore si j’arriverais à les assumer. Ce ne sont pas des chaussures ordinaires. Ce sont des cuissardes. Ces chaussures sont gravées dans la séduction, c’est le premier truc auquel on pense en général. Ce sont des pièces fortes, qui doivent être assumer, qui donnent un style à elles toutes seules. Je trouve qu’elles donnent de l’allure, mais une allure de femme forte, qui sait ce qu’elle veut. Même en les prenant plates, noires, sobres et en les mixant avec une jupe qui les recouvre légèrement, il n’en reste pas moins qu’elles n’envoient pas la même image que les bottes cavalières, les boots ou autres paires de chaussures.

Les cuissardes, ça s’assume. Et parfois passer du rêve à la réalité c’est compliqué.

Je crois que c’est le plus difficile pour moi. Accepter de changer d’image. Que je renvoie, que j’ai de moi.

J’ai changé de statut. Je ne suis plus étudiante, mais bizarrement je ne me sens pas non plus totalement adulte. J’ai envie de me sentir plus femme qu’adolescente. J’en ai besoin, personnellement. Et je me vois dans des cuissardes. Noires, plates, avec un léger tressage derrière le genoux, légèrement plus hautes que les genoux et en cuir nubuck. Je me vois les porter sur des collants, avec une jupe allant à peine aux genoux, je me vois les assortir avec un t-shirt geek et un long chandail. Je me vois dedans, avec une allure de femme.

Les cuissardes, ça change l’état d’esprit de celles qui les portent et l’image qu’elles renvoient. C’est ça le pouvoir des cuissardes.

 

Et vous ? Ça vous tente les cuissardes ? Comment vous les portez/porterez ?

 

Onde

(NB : je n’ai aucun droits sur les photos, elles sont trouvées sur Pinterest, si vous en êtes l’auteur ou le sujet, n’hésitez pas à me contacter pour obtenir les crédits !)

 

 

Liste de cadeaux de Noël écolo et /ou minimaliste

Ou comment résoudre le casse-tête des cadeaux éthiques !

Lorsque l’on est minimaliste, chercher des cadeaux de Noël relève parfois plus du casse-tête que d’un plaisir. Il est vrai que la plupart des objets de consommation ne relèvent pas de ce mode de vie, il est donc extrêmement compliqué de savoir quoi acheter pour faire plaisir, surtout si en plus vous n’êtes pas minimaliste/écolo mais que le destinataire l’est.

J’ai donc décidé de vous préparer une petite liste d’idées afin de vous dépêtrer parmi tout les choix disponibles.

Ma première proposition peut donner l’impression de casser l’esprit de Noël, mais il s’agit de tout simplement demander à la personne ce qu’elle a besoin/envie. Néanmoins, petite astuce : demander une liste avec 5 ou 10 propositions.

Pourquoi procéder ainsi ? Parce qu’ainsi le cadeau conserve le suspense, la personne ignorant laquelle des propositions sera choisie. La liste peut être très précise ou au contraire vague (par exemple avec la thématique de tout ce qui est marin, cela peut être une tasse, un tableau, un vêtement avec un bateau brodé dessus, etc). Dans mon article « Programmer Noël en octobre », j’explique que je demande explicitement à mes proches ce qu’ils veulent, mais comme c’est en avance et que je demande plusieurs choix, ils ignorent si je vais me tenir à cette liste, ce que je choisirais dedans ou comment je l’interpréterais. (si ma sœur m’avait une fois demandé la paix dans le monde, je lui aurais acheté une tasse avec marqué dessus « paix dans le monde »). L’objectif est de se rapprocher le plus possible des besoins et des envies du destinataire du cadeau et ça il n’y qu’eux qui peuvent le dire.

Deuxième proposition, c’est d’offrir un bon pour une sortie. Vous prenez un joli papier, que vous décorez ou achetez tel qu’elle, et dessus, vous marquez : « Bon pour un cinéma » (ou un spectacle ou sortie piscine/patinoire/randonnée, ce que vous voulez). Cela signifie que vous allez lui offrir un moment ensemble et que vous lui paierez la sortie. Je trouve que c’est un chouette cadeau parce que c’est surtout un prétexte pour dire « je veux passer plus de temps avec toi », et que vous êtes sûr de faire plaisir parce que c’est la personne qui pourra décider où, quand et quoi faire.

Troisième idée, c’est de prendre un bocal, et de le remplir avec de quoi réaliser une recette. Ce que l’on trouve le plus souvent sur internet, ce sont les cookies (souvent dans des contenants en forme d’ampoule, mais un pot à confiture vide, cela marche aussi très bien). L’intérêt, c’est que tout le monde -ou presque- aime les cookies, et que là, ce sera quelque chose qui leur permettra de les réaliser lorsqu’ils le souhaitent, parce que lorsqu’on offre de la nourriture, à moins qu’elle ne soit industrielle et emballé sous vide, il faut la manger rapidement.

sprout-crayon-papier-fleur

Pour les jardiniers ou tout simplement ceux qui aiment avoir un mini jardin, voici un truc qui détonnera du tonnerre ! Ces crayons de papier se plantent et ainsi deviennent des plantes aromatique voir des légumes ! La marque s’appelle Sprout (le nom n’est pas terrible, je suis d’accord, mais l’idée est géniale). Comment cela se passe ? Vous utilisez votre crayon de papier tout à fait normalement, comme un autre, sauf qu’au moment où il devient minuscule, vous savez le coup il est tellement petit que cela devient ridicule de l’utiliser ? Pas besoin de les jeter, vous les plantez la pointe vers le haut (et donc le bas dans la terre), et cela se transforme en une graine ! Selon la marque, il leur faut juste «  une terre riche et doivent avoir un peu d’eau, du soleil et beaucoup d’amour. »

Vous pouvez même les mordillez comme les autres, car ils ne sont pas toxiques. Ces crayons ont été primés « Produit le plus Écologique du Monde de 2013 » par l’IGC Global Promotions.

Au niveau des plantes, il y a tomate cerise, menthe, basilic, coriandre, thym, romarin, sauge et poivron !

(Précision : les crayons ne pas adaptés pour des enfants de moins de 6 ans).

Vous les trouverez sur le site Bowigo pour 9 euros les trois crayons, soit trois euros un objet qui se transforme, personnellement je trouve que ce n’est pas très cher.(Mais ce n’est que mon opinion). Pour d’autres variétés de semences, il y a aussi la marque Life in a Bag qui en produit (mais ils sont en moyenne à 4 euros l’unité).

aquarelles-naturelles-vegetales-12-couleurs-a-partir-de-3-ans

Pour les fan d’aquarelles, il y a cette palette de la marque allemande Ökonorm qui contient 12 couleurs végétales et naturelles. Pourquoi je propose ce produit ? Parce que la plupart des aquarelles contiennent des produits qui sont rarement sans danger pour la santé et/ou l’environnement. Cette palette n’utilise aucun colorant autre que ceux issus de la nature, les pigments sont extraits de légumes, de fruits, de plantes. J’avoue avoir découvert cette marque pour cet article et je ne le regrette pas car je cherchais justement un produit de ce type donc ça m’arrange ! Elle est vendu sur le site Sebio au prix de 14 euros 95 et elle est utilisable par les enfants dès 3 ans.

Information de sécurité : même si les produits sont naturels, ils ne sont pas comestibles. (oui, je précise).

(La marque propose aussi de la pâte à modeler écologique, si ça vous intéresse!)

Sinon il existe la version gouache de la marque Djeco avec 36 couleurs à 9 euros 35 (sur le même site)

coffret-detente-et-beaute.jpg

Autre cadeau possible pour un minimaliste/écolo, c’est d’offrir un kit d’hygiène minimaliste et bio. Un certain nombre de personne sont tentées de se lancer dans ce mode de vie, mais ne savent pas toujours par où commencer, quels produits acheter, quelle marques privilégier, etc. Ce cadeau va donc permettre de lancer la chose avec un tout-en-un. Comment faire ? Il en existe des tout prêts par des marques, je pense notamment à Lamazuno qui vends des kits complets, mais personnellement je préfère choisir vraiment ce que je mets dedans. Personnellement, je conseillerais plutôt de réaliser une sélection, vous prenez un panier ou une boîte ou un sachet pour le mettre dedans. En général un kit pour débuter le minimalisme ou le zéro déchet contient :

1 oriculi pour remplacer les cotons-tige jetables, vous en trouverez ici et ici, en moyenne cela coûte entre 3 et 5 euros.

1 savon pour le corps et/ou le visage, je conseille la marque Gaïa qui en vends à 5 euros 50, mais j’ai entendu beaucoup de bien des produits Clémence et Vivient. Ce sont des savons artisanaux, produits en France et qui sont le plus souvent multi-usage. (Personnellement, je viens d’acheter un savon chez un savonnier à un marché de Noël et il sent aussi bon que le Petit Marseillais Citron Verveine !)

Des cotons démaquillants, comme ceux des marques Les Tendances d’Emma ou Lapiglove. Ce sont aussi des marques française, les produits sont fabriqués en France (Lapiglove c’est dans les Vosges, coucou les copains!). Ce produit remplace tout les cotons à usage unique, il suffit de les laver à la machine après usage, voir juste avec un savon. Le prix varie, pour 5 cotons ce sera environs 9 euros

1 brosse à dent écologique, comme celle-ci en bambou de la marque Boo à 5 euros 50 ,  ou de la marque EcoBamboo à 4 euros 90 (que je vais m’acheter, juste en passant) Ces brosse à dents ont l’avantage d’être compostables, donc sans déchets en plus d’être naturelles.

et 1 dentifrice solide, ceux de Lamazuna et de Pachamamaï ont une excellente réputation.

Vous n’êtes pas obligé de mettre tout ça dans le kit, vous pouvez en choisir deux ou trois, en fonction de votre affinité (ou de votre budget).

Si vous voulez être sûr d’avoir des compositions saines, je vous conseille fortement d’aller sur le site slow Cosmétics. Là, il n’y a que des produits qui sont dans l’optique d’une consommation sans danger pour la santé et pour l’environnement et la plupart sont même sans déchets. Il y aura d’autres marques que celles dont j’ai parlé, mais ce site est vraiment sûr donc vous pouvez choisir en toute tranquillité.

Pour les amateurs de thés, d’infusions ou de café, la sixième idée de cadeau sera parfaite. Le fait est que ces produits sont le plus souvent distribués dans une boîte avec des contenants individuelle à l’intérieur. Une utilisation égale un sachet, le plus souvent emballé dans du papier ou du plastique (comme les capsules de café). Pour aller vers du zéro déchet, pourquoi ne pas en acheter en vrac ? Cela coûte en général moins cher (à condition de regarder le prix au kilo).

Pour ce qui est du thé et des infusions, ma marque préférée d’entre toutes c’est Le Thé des Muses.  C’est vraiment ma boutique favorite (en sachant que je vais dans sa boutique physique, je n’ai jamais eu besoin de commander par le site internet),  il y a un choix très important, d’une qualité irréprochable avec des prix vraiment chouettes. Sinon les marques Palais des thés, Dammann Frères et Tendance Thé sont disponibles en ligne. Vous pouvez aussi y acheter des boîtes à thé pour stocker vos thé à l’abri de la lumière (ce qui est recommandé) et le Palais des Thé & Dammann Frères proposent même un calendrier de l’Avent avec du thé ♥ (Sinon, vous pouvez en acheter dans des boutiques bio).

Concernant le café, j’ai trouvé ces deux sites qui en vendent d’excellente qualité. Pour ce qui est de l’utilisation, il suffit d’un filtre à café compostable et le tour est joué ! Il s’agit de Pur-Café et de Comptoirs Richard. Au niveau local, la marque Reck est artisan torréfacteur en Alsace depuis plus de cent ans et j’en entends beaucoup de bien.

Il y existe entre 700 et 800 artisans torréfacteur en France, il y en a forcément un près de chez vous ! Pour vous aider, voici le site de la marque du Comité Français du Café qui a recensé nombre d’entre vous, il vous suffit d’entrer un code postal ou le nom d’une ville.

(En bonus, voici un article qui parle de ces petits producteurs et donnant quelques adresses dans la France).

books-imagination

Ma septième proposition est d’offrir un ou plusieurs ouvrages sur le minimalisme, l’écologie, le naturel, le zéro déchet, et autre. Mon article étant déjà assez long, je pense que j’en consacrerais un article complet dessus parce qu’il y vraiment une tonne de possibilité. Pour ne pas trop vous laisser sur la faim d’ici là, je peux citer Pierre Rabhi, Dominique Loreau, Muhammad Yunus (prix Nobel de la paix quand même), Béa Johnson et les romans de Michel Hutt (un alsacien!).

 

Vous cherchez un cadeau original qui allie le minimalisme et l’écologie tout en réalisant un investissement ? Achetez des arbres ! L’entreprise EcoTree vous permet de devenir propriétaire d’arbres ! Le concept ? Vous achetez, vous obtenez un rendement possible de 2% par an et une fois l’arbre coupé vous obtenez le prix de vente qui est estimé dès le départ.

Une fois que vous avez acheté votre arbre, vous recevrez sa localisation et des nouvelles : les soins qui lui sont apportés, son état de santé, sa croissance. Le petit plus ? On peut visiter les forêts ! Eh oui, les arbres sont plantés dans des forêts françaises ouvertes à certains horaires au public.

L’objectif est de compenser les émissions de CO² tout en permettant à tout le monde d’accéder à ces offres. Comme vous êtes propriétaires de ces arbres, ils font partie de votre patrimoine et sont donc transmissibles en tant qu’héritage. Ils prennent de la valeur tout les ans avec un rendement pouvant aller jusqu’à 2% (ce n’est pas un livret A qui peut faire ça !). Ce qui est chouette c’est que les arbres sont plantés en France, dans trois départements, qu’en plus c’est une start-up française donc on booste notre économie.

Le hic ? Aucun ! Eco Tree se charge d’expertiser et d’entretenir les arbres, c’est aussi eux qui prennent en charge tout ce qui est notarial et les charges. Vous l’aurez compris, le prix de vente comprend tout jusqu’à la coupe de l’arbre.

J’avoue que ce cadeau est un coup de coeur, je pense que je vais offrir un arbre ou deux parmi mes proches.

 

En dernière possibilité, c’est de piocher parmi les idées cadeaux de Mlle Samovar qui n’a sélectionné que des produits fabriqués en Europe et d’une qualité irréprochable pour durer longtemps. Et qu’un objet qui dure longtemps et qui est utilisé, c’est aussi écologique car il n’a pas être remplacé tout les deux-trois ans.

Cet article est terminé ! C’était donc 8 propositions de cadeaux pour allier les fêtes de fin d’année à l’écologie. J’espère que cela vous a plus, n’hésitez pas à dire dans les commentaires ce que vous en pensez et surtout si vous connaissez d’autres cadeaux qui pourraient entrer dans cette liste, dites et je serais ravie de les rajouter !

Onde

#ChallengeCulture2019 ou se cultiver tout tranquillou

Bonjour tout le monde !

La nouvelle année approche à grands pas et, une fois n’est pas coutume, l’heure de se fixer des « bonnes résolutions » aussi. Plutôt que de me lancer une énième fois dans des résolutions stériles et inefficaces, j’ai choisi d’innover pour 2019.

En effet, j’ai décidé de me lancer un défi spécial, basé sur les challenges lecture. Si vous ne connaissez pas le principe, les challenges lecture constituent en une liste d’une cinquantaine de « critères » comme un livre qui fait peur, un recueil de nouvelles, un livre recommandé par un.e ami.e ou un livre dont le titre comporte une couleur, etc. En gros, vous devez lire chaque semaine un livre qui correspond à un de ces critères. Vous voyez le truc ?

Ce n’est pas ce que je vais faire.

 

Je ne veux pas me lancer là-dedans principalement pour deux raisons.

 

Premièrement : je n’aurai pas le temps de lire un livre par semaine ou en tout cas, dans le cadre du challenge. Je suis en DU avec des devoirs à rendre et des examens à passer, plus mes révisions et mes épreuves du CRPE, plus les cours que je donne qu’il faut préparer et réaliser. Cela deviendrait beaucoup trop une contrainte qu’un plaisir.

books-1245744_1280

 

Secondement : l’un des intérêts de ce genre de défi est de partager ce que je découvre et donner mon avis. Or, vous l’avez peut-être remarqué, je ne publie qu’une fois par semaine – le plus souvent le vendredi – donc cela monopoliserai un peu mon blog. Et ce n’est pas non plus l’idée, surtout que rédiger un article sur chaque livre deviendrait probablement une contrainte, et ce n’est pas l’idée.

 

J’ai donc organisé mon propre challenge que j’ai intitulé #ChallengeCulture2019.

challengeculture.png

 

L’idée est d’avoir une thématique par mois et de poster au moins un article sur ce sujet. Par exemple : j’ai décidé que septembre serait le mois de LGBTQI+ puisque le 23 septembre a lieu la journée de la bisexualité – donc j’en profiterai pour publier une liste de suggestion de lecture, mon avis sur un film ou un spectacle, le portrait d’une personnalité (qu’il aura d’abord fallut que j’étudie héhéhé), … Les détails exacts restent à définir, mais l’idée générale est là.

 

Pour ceux et celles que cela intéresse, voici le calendrier des thématiques :

  • Janvier : Histoire
  • Février : Amour
  • Mars : Féminisme
  • Avril : Arts
  • Mai : Sciences
  • Juin : Voyage
  • Juillet : Afrique
  • Août : Martin Luther King Jr.
  • Septembre : LGTQI+
  • Octobre : Sorcières
  • Novembre : Enquête
  • Décembre : Vieillir

Cela tente quelqu’un ? Je serai ravie d’avoir du soutien dans ce défi, même si c’est uniquement pour un thème et pas le défi intégral. Du coup, si vous souhaitez vous joindre à ce défi, n’hésitez pas à le dire !